5 gestes à adopter pour une consommation de gaz optimisée

Votre installation gaz au quotidien | Publié le 10.12.2019

En choisissant le gaz naturel, vous avez fait le pari d'une énergie qui se verdit grâce à l'injection progressive de biométhane dans le réseau de distribution. Cette énergie, disponible et compétitive dans la durée, répond aux enjeux de la transition écologique. Mais comment utiliser de manière optimale votre installation gaz naturel ? Quels sont les gestes qui permettent de consommer moins et mieux ?

1. Chauffer son habitat seulement quand cela est nécessaire 

Un foyer alimenté en gaz naturel bénéficie d'une chaleur diffuse et agréable tout au long de la journée grâce à des équipements modernes et performants. Toutefois, une bonne régulation de votre consommation énergétique est préconisée si vous souhaitez profiter de votre chauffage gaz de la meilleure façon. 

Par exemple, lorsque la nuit tombe et que votre foyer a été correctement chauffé, baisser la température d'un seul petit degré aura un impact économique et écologique important : selon l’Ademe, ce seul degré en moins fera faire baisser votre consommation d'énergie de 7%1.

Dans le cas où vous vous absenteriez pendant quelques jours, un geste simple et efficace vous aidera à maîtriser agilement votre consommation : activez simplement le mode hors gel et vaquez à vos occupations l'esprit tranquille. 

2. Gérer correctement les températures à l'aide d’un système de régulation

L’utilisation d’un thermostat central programmable est vivement recommandée pour les personnes désireuses de trouver la température idéale pour leur logement tout en maîtrisant leur consommation d’énergie. Ce type de thermostat, associé à des robinets thermostatiques installés sur les radiateurs, vous permet de contrôler la température de votre logement à l’aide d’un petit boitier. 

Selon les pièces de vie, des températures différentes sont conseillées : 

  • 19°C pour le salon, 
  • 17°C dans les chambres (avec de 2°C supplémentaires dans une chambre avec bébé),
  • 14°C dans les pièces inoccupées,
  • et entre 19°C et 22°C pour la salle de bain. 

3. Aérer les pièces… été comme hiver ! 

Ce geste peut vous paraître superflu, voire absurde si l'on considère qu'il s'agit ici de préserver la chaleur au sein du logement. Toutefois, il est indispensable d'aérer les pièces tous les jours, à tous les moments de l'année. Une dizaine de minutes suffira à renouveler l'air dans la pièce et à évacuer la vapeur produite par les sources de chaleur diverses (cuisson, respiration, etc.). 

Quel est l'impact de ce geste ? Des économies réalisées dans le temps grâce à une meilleure gestion de votre consommation. En effet, l'air humide est plus gourmand en énergie que l'air sec, ce qui engendre une augmentation de la consommation… 

Pour ceux qui veulent aller plus loin, il peut être intéressant de faire installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC). Grâce à un système de balayage entre les entrées d'air et les bouches d'extraction, l'air ambiant est régénéré et mieux diffusé. Attention toutefois à nettoyer fréquemment les bouches d'aération afin qu'elles ne soient pas obstruées et, par conséquent, moins performantes. 

4. Faire entretenir sa chaudière par un professionnel

Il est obligatoire, aujourd'hui en France, de faire entretenir tous les ans votre chaudière gaz. Que vous soyez propriétaire ou locataire de votre logement, l'entretien de la chaudière par un professionnel est une étape essentielle. Il permet, entre autres, d'optimiser le fonctionnement de l'équipement et de limiter le taux d'émissions de monoxyde de carbone. Entretenir sa chaudière, c’est réaliser 8 à 12 % d’économies d’énergie2

5. Pour aller plus loin

Avoir une isolation de qualité 

La bonne isolation de votre logement est primordiale afin d'éviter de trop importantes déperditions de chaleur. Selon l'Ademe, il y aurait aujourd'hui3 :

  • 10 à 15% de chaleur perdue suite à une mauvaise isolation des fenêtres, 
  • 20 à 25% qui s'échapperait par les murs, 
  • 25 à 30% par le toit. 

C’est pourquoi l’Ademe conseille vivement de réaliser des travaux d’isolation au moment de l’installation d’une nouvelle chaudière à condensation.
 

Associer la chaudière gaz à un chauffe-eau solaire

Enfin, vous pouvez installer un chauffe-eau solaire en complément de votre chaudière à condensation et ainsi bénéficier d’une énergie renouvelable. Cette solution, moderne et économique, fonctionne simplement : la chaleur est recueillie par des capteurs solaires qui chauffent le fluide caloporteur qui les parcourt. Ce fluide transmet ensuite la chaleur à un ballon d’eau chaude à l’aide d’un échangeur. L’eau chaude est alors stockée dans le ballon et utilisable à tout moment. Lorsqu’il n’y a pas assez de soleil, la chaudière à condensation prend le relais et se charge de la production d’eau chaude. Une alternative écologique et efficace !

Vous avez des questions au sujet de votre consommation d’énergie ou de l’entretien de votre installation ? Renseignez-vous auprès de l’Ademe ou des professionnels du gaz près de chez vous.

GRDF ne vend ni n’installe aucun équipement mais vous explique comment ça fonctionne.

 

1 Source : Infographie Ademe, “Mieux se chauffer”, 2017.
2 Source : Ademe 
3 Sur la base d'une maison construite avant 1974, non isolée. Source : Guide Ademe Isoler sa maison.

Sur le même thème

Recherche

Taper les termes de votre recherche ou votre code postal pour trouver des événements près de chez vous :