Les critères essentiels pour estimer votre consommation de gaz naturel

Votre installation gaz au quotidien | Publié le 10.02.2020

Comment prévoir au mieux sa consommation de gaz ? Cet article passe en revue les principaux paramètres ayant une influence sur la quantité de gaz que vous serez amené à consommer au cours d’une année. Retrouvez quelques clés pour mieux contrôler votre consommation de gaz et ainsi limiter vos dépenses d’énergie.

Economies gaz et confort

Consommation de gaz liée aux usages du gaz et aux équipements utilisés

Le premier facteur déterminant le niveau de consommation de gaz est bien sûr le type d’usage que vous faites de cette source d’énergie. En effet, selon que vous utilisez le gaz pour la cuisson, la production d’eau chaude sanitaire et/ou le chauffage, votre consommation s’établira à des niveaux potentiellement très différents. Le graphique ci-dessous présente les fourchettes typiques dans lesquelles se situent les consommations annuelles de gaz d’un ménage français, pour chacun de ces trois usages.

Niveau de consommation de gaz naturel par rapport aux usages

Par ailleurs, pour un usage donné, votre consommation pourra évoluer de manière significative en fonction du type d’équipement gaz installé dans votre logement. Si la consommation des plaques de cuisson ou d’un four au gaz sera directement proportionnelle à leur puissance, la consommation de gaz d’une chaudière ou d’un chauffe-eau dépendra quant à elle également de l’âge et de la technologie de l’appareil. On peut ainsi observer des différences de consommation pouvant aller jusqu’à 30% entre une chaudière standard en fin de vie et une chaudière à condensation moderne (dite « chaudière à très haute performance énergétique »). De ce fait, remplacer une chaudière vieillissante avant même qu’elle ne tombe en panne peut s’avérer un bon calcul, les économies ainsi générées sur la facture énergétique compensant rapidement le coût d’installation du nouvel appareil.

Consommation de gaz selon les caractéristiques du logement

Les caractéristiques de votre logement, ainsi que de l’environnement dans lequel il se situe, ont une influence directe sur la quantité de chaleur que vous devrez produire dans l’année, et donc sur votre consommation de gaz.

En premier lieu, les consommations de gaz liées au chauffage, et dans une moindre mesure celles liées à la production d’eau chaude sanitaire, seront affectées par le degré de rigueur du climat, qui dépend naturellement de la position géographique de votre logement. On peut ainsi considérer qu’il existe une relation de proportionnalité entre, d’une part, la consommation de chauffage et, d’autre part, la différence entre la température que vous souhaitez maintenir à l’intérieur de votre logement et la température extérieure. En ce qui concerne la production d’eau chaude sanitaire, la relation n’est pas proportionnelle, mais un climat froid aura pour conséquence de tirer vers le bas la température de l’eau qui alimente votre logement, qui nécessitera donc plus d’énergie pour être amenée à la température souhaitée. Pour un logement donné dans lequel le gaz est utilisé pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, la consommation pourra ainsi varier du simple au double selon que le logement est situé dans le Sud-est ou dans le Nord-est de la France.

En outre, les caractéristiques intrinsèques de votre logement jouent également sur les besoins thermiques, et donc sur la consommation de gaz :

- La surface de votre logement détermine par exemple directement vos besoins de chauffage.

- Le degré d’isolation du logement ou du bâtiment, qui caractérise sa capacité à conserver la chaleur, a également un impact immédiat sur la consommation de chauffage. L’isolation des constructions neuves n’ayant eu de cesse de progresser depuis les années 70, un logement ancien sera en général moins bien isolé qu’un logement récent, sauf si des travaux de rénovation ont pu être mis en œuvre. En moyenne, on peut estimer que la consommation de chauffage d’un logement construit avant 1974 – date de la première réglementation thermique – consommera 2 à 3 fois plus qu’un logement construit en 2013 ou après.

- La mitoyenneté, qui qualifie la présence de murs communs à plusieurs logements, a également une influence sur la consommation de chauffage, puisque les murs mitoyens évitent les déperditions de chaleur. En logement collectif, la surface des murs donnant sur l’extérieur est souvent plus faible qu’en maison, ce qui explique que pour une même surface habitable, la consommation de chauffage d’un appartement sera en moyenne de 10 à 20% inférieure à celle d’une maison individuelle.

Facteurs liés au comportement des occupants

Pour une performance énergétique et des conditions climatiques données, la consommation de gaz pourra varier considérablement en fonction de l’intensité avec laquelle les équipements gaz sont utilisés par les occupants d’un logement.

Ainsi, le nombre d’occupants d’un logement détermine directement les besoins en eau chaude, et a également une influence sur les besoins liés à la cuisson des aliments. La consommation de gaz est donc reliée à ce paramètre.

Par ailleurs, la consommation de gaz dépend également du degré de confort souhaité par les occupants. Pour donner un ordre d’idée, une hausse d’un degré de la température de consigne à l’intérieur d’un logement pendant la saison de chauffe (exemple : 20°C au lieu de 19°C) entraîne une augmentation des consommations de gaz pour le chauffage de l’ordre de 14%.

À noter

Pour estimer votre consommation de gaz en fonction de l’ensemble des paramètres présentés ci-dessus, rendez-vous sur le site Energie-Info à l’adresse suivante : calculettes.energie-info.fr/calculettes/estimation-gaz

Sur le même thème

Recherche

Taper les termes de votre recherche ou votre code postal pour trouver des événements près de chez vous :