Les aides financières pour les ménages aux revenus modestes

Si vous êtes un ménage aux ressources modestes ou en situation de précarité énergétique, vous pouvez bénéficier d’aides spécifiques, en complément ou en substitution de la prime « Coup de pouce économies d’énergie », pour améliorer votre confort énergétique.

L’offre « Habiter Mieux » sérénité de l’Anah : jusqu’à 60 % du montant des travaux HT

L’Anah, Agence Nationale de l’Habitat, accorde des aides aux propriétaires occupants qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement achevé depuis plus de 15 ans.

L’offre de l’Anah consiste en une prestation d’accompagnement et de conseil doublée d’une aide financière pour réaliser un ensemble de travaux capables d’apporter un gain énergétique d’au moins 25 %.

Les aides de l’Anah couvrent une part du montant des travaux éligibles, dans la limite d’un niveau maximal de subvention. Ces aides sont en outre abondées d’une prime d’Etat (« prime Habiter Mieux »).

Le montant total des subventions atteint donc :

  • Pour les ménages aux revenus « très modestes » : 50 % du montant total des travaux HT dans la limite de 10 000 € + « prime Habiter Mieux » couvrant 10% des travaux HT dans la limite de 2 000 €.
  • Pour les ménages aux revenus « modestes » : 35 % du montant total des travaux HT dans la limite de 7 000 € + « prime Habiter Mieux » couvrant 10% des travaux HT dans la limite de 1 600 €.

Attention : ces aides financières ne sont pas cumulables avec les primes délivrées dans le cadre du mécanisme des CEE.

L’offre « Habiter Mieux » Agilité de l’Anah : jusqu’à 50 % du montant des travaux HT, cumulable avec les primes CEE

L’aide « Habiter Mieux agilité » de l’Anah pour les travaux urgents ou à petit budget

Afin d’accélérer la rénovation énergétique des bâtiments, l’Anah a élargi son programme « Habiter Mieux » aux travaux à petits budgets et potentiellement urgents en proposant depuis 2018 une nouvelle aide financière aux propriétaires occupants souhaitant faire réaliser, dans leur logement de plus de 15 ans, l’une des actions suivantes :

  • Le changement de chaudière ou de mode de chauffage ;
  • L’isolation des murs extérieurs et /ou intérieurs ;
  • L’isolation des combles aménagés et aménageables.

Le montant de cette subvention, cumulable avec les primes CEE, est le suivant :

  • Pour les ménages aux revenus « très modestes » : 50 % du montant total des travaux HT dans la limite de 10 000 €.
  • Pour les ménages aux revenus « modestes » : 35 % du montant total des travaux HT dans la limite de 7 000 €.

Ces travaux doivent obligatoirement être pris en charge par un professionnel Reconnu garant de l’environnement (RGE).

Les primes CEE « précarité »

Depuis le 1er janvier 2016, l’obligation qui pèse sur les vendeurs d’énergie d’inciter les consommateurs à mettre en œuvre des actions d’économies d’énergie, dans le cadre du dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE), a été renforcée par une obligation spécifique portant sur la consommation d’énergie des ménages en situation de précarité énergétique (les ménages aux revenus « modestes » ou « très modestes » au sens de l’Anah). En conséquence, ils peuvent bénéficier de primes CEE plus importantes que le reste de la population. 
De plus, la prime CEE « coup de pouce chauffage » lancée en janvier 2019, qui porte sur le remplacement d’une ancienne chaudière par une solution de chauffage très performante (comme une chaudière au gaz à très haute performance énergétique), est significativement bonifiée pour ces ménages.
 

Le chèque énergie

Depuis le 1er janvier 2018, les tarifs sociaux de l'énergie sont remplacés par le chèque énergie pour permettre aux ménages les plus modestes de payer leurs factures d'énergie mais aussi pour financer une rénovation énergétique.

  • Un chèque énergie est désormais adressé automatiquement à chaque bénéficiaire une fois par an, sur la base des informations transmises par les services fiscaux.
  • Le chèque énergie est valable jusqu’au 31 mars suivant l’année civile d’émission.
  • Dans l’optique de travaux de rénovation énergétique, le chèque énergie peut être échangé contre un nouveau chèque travaux de la même valeur, qui sera valable pendant deux années supplémentaires.
  • Le montant du chèque dépend des revenus et de la composition du foyer. En 2019, le dispositif a été étendu à 2,2 millions de ménages supplémentaires, et sa valeur faciale a été augmentée de 50 € pour les ménages qui en disposaient déjà, atteignant désormais 277 € pour les ménages les plus précaires.

Sources :

Découvrez les autres dispositifs de financement

Les ménages bénéficiant des aides de l'Anah peuvent prétendre à d'autres types d'aides financières :